Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

M. Kofi Annan, ancien Secrétaire général des Nations Unies, Président du Global humanitarian forum et président d’Honneur de la Fondation Sergio de Mello, a donné la première conférence à la mémoire de son ami Sergio, le 17 mars 2008 au Centre International de Conférences de Genève. Cette manifestation destinée principalement aux étudiants, est organisée en collaboration avec l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEI). Elle marque, le premier événement public de la Fondation Sergio Vieira de Mello, ancien Haut Commissaire des Nations-Unies pour les Droits de l’Homme.Le Brésilien Sergio Viera de Mello, citoyen d’Honneur du Canton de Genève, tué avec 22 autres fonctionnaires des Nations-Unies, dans un attentat sauvage à Bagdad le 19 août 2003, est célébré comme un modèle pour les jeunes générations mais aussi pour ses collègues. Comment peut-on servir l'Humanité, sans avoir un idéal?


« Oui, il faut des Sergio de Mello pour sauver le monde, lancera le directeur du programme des études Mondialisation et les organisations. C’était, dit-il, un monsieur unique qu’on ne retrouve pas tous les jours».

« Sergio de Mello était très proche de l’Institut quand il était Haut Commissaire aux Droits de l’Homme. Il y a animé une conférence très remarquée pendant l’année académique 2000-2001. Ensuite, l’Institut a failli aussi perdre un de ses enseignants au moment de l’attentat qui a couté la vie à Sergio de Mello.

Certaines personnalités qui lui étaient proches sont aussi liées à l’Institut. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous nous sommes associés avec la Fondation qui porte son nom dans l’organisation de cette cérémonie annuelle» a annoncé le directeur de HEI. Concernant Kofi Annan, il a déclaré : « nous l’avons invité car il était le Patron de Sergio de Mello. En plus il vit actuellement à Genève et préside le Forum Humanitaire mondial. Il est aussi un des senior fellow de l’Institut ». « Kofi Annan a donc un rapport très proche avec nous et nous en sommes extrêmement heureux. »

Sergio comme modèle

A la suite de son cours inaugural, Kofi Annan nous confiera : «C’est toujours très important d’être avec les jeunes : ce sont les leaders de demain. Je suis très content qu’ils soient impliqués». C’est ce que confirme le directeur de l’Institut : « C’est très important pour nos étudiants de voir comment les organisations internationales fonctionnent. Je pense que le courage de Sergio de Mello y compris jusqu’à sa décision d’aller en Irak à un moment où les choses étaient extrêmement difficiles, tout cela constitue une bonne source d’inspiration.». Côté étudiants, c’est l’euphorie et la méditation. Patricia, suissesse d’origine philippine retiendra du discours de Kofi Annan son appel à: «dépasser les barrières de la souveraineté et transmettre des normes internationales : être tous solidaires et responsables de ce qui se passe.». « C’est super encourageant, avouera –t- elle , de voir un ancien étudiant invité comme conférencier. En plus, cela nous montre que nous pourrons appliquer ce que nous apprenons à l’école ». Même son de cloche chez Maria, moitié suisse, moitié italienne, : « On voit qu’il y a une possibilité d’appliquer la théorie.». Et le professeur, directeur du programme des études Mondialisation et les organisations internationales de professer: « je trouve que c’est un moment mémorable parce que M. Annan était un grand ami de Sergio comme moi et comme pour beaucoup d’autres. Je trouve son discours très perspicace et digne de l’événement qui célèbre la mémoire de Sergio ».

Concernant le Conseil des Droits de l’Homme le professeur observateur de l’évolution de l’organisation des Nations-Unies souligne que : « ce n’est pas le bon moment pour le multilatéralisme. Ce qui fait que nous vivons une période difficile pour les Droits de l’Homme mais quand le pendule est en bas, il ne peut que remonter».

Par El Hadji Gorgui Wade NDOYE