Ont collaboré à ce numéro

 ELYSEE
 ONU, OIF, UA, ODD
 UNIS, UNHCR

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Publié le, 24 mars 2017 par EL HADJI GORGUI WADE NDOYE

 

Avenir du FCFA: Hollande renvoie la balle aux pays africains.

 

Hollande, Afrique, France, CFA, monnaie, Abidjan, France-AfriqueLe Président Hollande ne ferme pas la porte concernant la gestion de la monnaie des 155 millions d'habitants africains dont la parité avec l'euro est assurée par la France. Le Président français attend les propositions des ministres des finances du Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Équatoriale, Centrafrique, Tchad et des Comores qui se réunissent en présence de leur homologue français le 14 avril prochain à Abidjan.
 
En contre partie de la parité du CFA avec l'euro, les pays de la zone Franc CFA déposent 50 % de leurs réserves de change auprès du Trésor public français. En 2015, les réserves sont estimées à 14 milliards d’euros auprès du Trésor français.

United Nations- Geneva (15th March 2017, Geneva), here is the great speech of Angelina Jolie that ContinentPremier.Com your panafrican online magazine is pleased to share with you !   

" We are here in memory of Sergio Vieira de Mello and the 21 other men and women, most of them UN workers, who died with him in the bombing of the UN Headquarters in Baghdad in August 2003.  

We remember all those who died, to acknowledge each valuable life cut short, and the families who share, even today, in their sacrifice. 

We also remember them for the power of the example they set: brave individuals from 11 different countries, working to help Iraqi people, at the direction of the United Nations Security Council, and on behalf of us all.  

This is sometimes forgotten: that in serving under the UN flag they died in our names, as our representatives. 

At their head was Sergio Vieira de Mello, a man of extraordinary grace and ability, as so many who knew him testify. 

A man who gave 30 years to the United Nations, rising from a field officer to High Commissioner for Human Rights and Special Representative to Iraq. 

From Bangladesh and Bosnia to South Sudan to East Timor, he spent the majority of his career in the field, working alongside people forced from their homes by war, and assisting them with his skill as a diplomat and negotiator.  

Perhaps the greatest testament to his contribution, is how much his advice would be valued today.  

As the Syrian conflict enters its seventh year, as we live through the gravest refugee crisis since the founding of the United Nations, as 20 million people are on the brink of death from starvation in Yemen, Somalia, South Sudan and northeast Nigeria, I cannot imagine that there is anyone in the leadership of the United Nations who would not welcome the opportunity to consult Sergio, or send him into the field once more. He is truly missed, even today. 

It is humbling for me to speak tonight in the presence of members of Sergio’s family and his former colleagues. 

I never knew Sergio, but I have stood before the plaque in the place where he died.  

I felt profound sadness at the fact that the conflict in Iraq – the source of so much Iraqi suffering to this day - had claimed the lives of men and women whose only intention was to try and improve a desperate situation. 

But I also saw clearly the value and nobility of a life spent in service of others. 

Les gens les plus pauvres d'Afrique paient les prix les plus élevés au monde pour l'énergie. En absence d'accès aux sources d'énergie propres, plus de la moitié de la population du continent est contrainte de recourir au bois de chauffage et au charbon de bois – des options économiquement inefficaces et dévastatrices pour l'environnement, constate Michael Moeller, le directeur général des Nations Unies, à Genève, à l’occasion du vernissage de l’exposition « Lumières d’Afriques » qu’abrite le Palais des Nations du 13 mars au 31 mars 2017.  

GENEVE- (Suisse)- Après avoir brillé pour la première fois en prélude à la COP 21 au Palais de Chaillot, lieu mythique pour les Nations Unies (siège éphémère et signature de la charte des Droits de l’Homme), « Lumières d’Afrique » a pour vocation de porter son message d’espoir dans le plus grand nombre de pays africains. Elle a également pour vocation d’exposer à l’ensemble du monde l’incroyable vitalité de la création contemporaine africaine avec ses 54 œuvres lumineuses de 54 artistes africains contemporains. L’exposition illumine depuis le 13 mars et pour trois semaines, le Palais des Nations, à Genève, en pleine session du Conseil des Droits de l’Homme. « Lumières d’Afriques », constitue selon Matthias Leridon, Président de TILDER, un des leaders européens du conseil en communication et initiateur de l’exposition : « un geste politique exceptionnel des artistes en faveur de l’accès durable du continent à une énergie propre ». L’exposition est aussi un symbole fort qui affirme le développement durable des peuples comme un droit de l’Homme fondamental poursuit M. Leridon. L’Afrique a peu contribué au changement climatique mais elle paye un prix élevé quant aux conséquences du réchauffement « certaines grandes villes font face à des coupures d’électricité au quotidien », regrette l’ONU qui en collaboration avec la Francophonie, l’Union africaine et l’ONG African Artists for Development Fund abrite cette magnifique exposition qui s’inscrit dans la poursuite des objectifs de développement durable, notamment l’objectif 7 qui demande «… l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable ».