Ont collaboré à ce numéro

 FONDATION ALDIANA
 HUMAN RIGHTS WATCH
 M.Adama DIENG
 M.Hichem El Amrani
 Marocoo 2016
 Mission du Rwaanda
 UNIS

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Lettre ouverte aux Sénégalais. Par Adama Dieng.

Publié le, 03 juin 2018 par M. Adama DIENG

Secrétaire général adjoint des Nations Unies . Conseiller spécial pour la prévention du génocide, le Sénégalais Adama Dieng alarmé par des discours de haine et la violence qu’ils peuvent engendrer, interpelle ses concitoyens à se réapproprier les outils qui ont fait du Sénégal un pays de tolérance et de stabilité. (Voici sa lettre personnelle écrite depuis New York le 1er juin 2018.)

La mémoire du génocide est la force par laquelle notre passé interagit avec le présent et le futur auquel nous aspirons.

Au Rwanda, la mémoire n’est pas juste l’opposé de son contraire l’oubli. La mémoire est un acte engagé et non pas juste naturel et passif. Elle joue un rôle particulier dans nos efforts de nous connaitre, de nous définir, de nous guérir et avancer vers le futur. La mémoire du génocide est la force par laquelle notre passé interagit avec le présent et le futur auquel nous aspirons. La mémoire du génocide nourrit notre détermination à détecter et combattre tous les ingrédients primaires du processus génocidaire que sont la construction artificielle de catégories et groupes soit disant antagonistes, la non tolérance des différences, l’incitation à la haine et à la violence, la violation impunie des droits de l’autre.

Entretien exclusif avec M. Hichem Al Amrani, directeur général du Comité de candidature de Maroc 2026 : « Nous voulons montrer au monde le meilleur visage du football et célébrer son message d’ouverture et de tolérance ».

Dans 10 jours, en Russie, la FIFA donnera le nom du pays qui organisera la prochaine coupe du monde. A Tanger, le coordinateur du Comité Maroc 2026 a expliqué les contours de la candidature marocaine, un pays de cultures, de tolérance, de tradition aussi footballistique qui compte faire du foot une fête pour toute l’humanité. Le Maroc, ce petit pays africain aux atouts énormes est considéré comme David qui fait face à Goliath ; l’Amérique qui a présenté sa candidature sous forme de ticket avec le Canada et le Mexique. Verdict le 13 juin 2018 !  

ORGANISATION DE LA COUPE DU MONDE 2026 : LE MAROC EN APPELLE A LA SOLIDARITE AFRICAINE

Publié le, 03 juin 2018 par M. El Hadji Gorgui Wade NDOYE

Hicham El Amrani, directeur général du Comité Maroc 2026, ancien secrétaire général de la CAF, agissant comme coordinateur entre la commission d'organisation de la Coupe du Monde 2026 et la FIFA, a lancé, à Tanger, un appel solennel à l’Afrique pour qu’elle soutienne un pays frère, le Maroc qui a tous les atouts pour organiser une belle fête du football mondial en 2026. Le choix de la FIFA sera fait, en Russie, le 13 juin prochain. 

TANGER-(Maroc)- « Le choix du 13 juin n’est pas simplement un choix pour le Maroc, mais un choix pour l’Afrique comme celui des pays émergents » a insisté Hicham El Amrani qui «appelle tous les frères et sœurs africains à soutenir le Maroc, leur pays frère». Le Maroc qui a en face les Etats-Unis avec le Canada et le Mexique, continue à travailler dur pour échanger avec tous les présidents de fédération qui seront les votants le 13 juin 2018 en Russie pour expliquer sa vision et son concept.

 Dix organisations de défense des droits humains exhortent le président de la Côte d’Ivoire à soutenir des procès équitables et crédibles

(Abidjan, le 8 mai 2018) – Le président de la Côte d’Ivoire, Monsieur Alassane Ouattara, devrait faire davantage pour honorer sa promesse de rendre justice pour les victimes de la crise postélectorale qui a secoué son pays en 2010 et 2011, ont déclaré aujourd’hui 10 organisations nationales et internationales de défense des droits humains dans une lettre conjointe adressée au chef d’État ivoirien.

Le président Alassane Ouattara, qui a prêté serment pour son premier mandat il y a sept ans, a affirmé à maintes reprises qu’« il n’y aura pas d’impunité en Côte d’Ivoire ». Cependant, personne n’a encore été condamné par les tribunaux ivoiriens pour les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité perpétrés pendant la crise.

« Sept ans après les graves crimes commis en Côte d’Ivoire, les victimes ont besoin de justice, » a déclaré Me Drissa Traoré, vice-président de la FIDH. « A mi-parcours de son second mandat, le président Alassane Ouattara doit tenir ses engagements répétés d’une justice équitable, condition d’une paix durable en Côte d’Ivoire ».

La crise de 2010-2011 a débuté lorsque le président sortant, Laurent Gbagbo, a refusé de céder le pouvoir au président élu Alassane Ouattara à la suite des élections présidentielles de novembre 2010. Au cours des cinq mois de violence et de conflit armé qui ont suivi, au moins 3 000 personnes ont été tuées et plus de 150 femmes violées. Les forces armées des deux côtés ont pris parfois pour cibles des civils sur la base de leur affiliation politique et, parfois, ethnique et religieuse.

 Le Comité contre la torture s’est entretenu, le 08 mai 2018, avec M. Malcom Evans, Président du Sous-Comité des Nations Unies pour la prévention de la torture, après que ce dernier eut présenté son rapport annuel. 

Le Sous-Comité pour la prévention de la torture a été institué conformément au Protocole facultatif à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, adopté en 2002 et entré en vigueur en 2006.  Le Sous-Comité a une fonction opérationnelle, qui consiste à visiter tous les lieux de détention des États parties, ainsi qu’une fonction consultative, qui consiste à apporter une assistance et des conseils aux États parties et aux mécanismes nationaux de prévention de la torture.  De plus, il coopère, aux fins de la prévention de la torture en général, avec les organes et les mécanismes compétents de l’ONU, ainsi qu’avec des institutions ou des organisations internationales, régionales et nationales. 

Le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale a conclu, le 11 mai 2018 , au Palais Wilson à Genève, les travaux de sa quatre-vingt-quinzième session, ouverte le 23 avril dernier et durant laquelle il a successivement examiné les rapports présentés par le Kirghizistan, le Pérou, l’Arabie saoudite, le Népal, la Mauritanie et la Suède, sur les mesures prises par ces pays pour donner effet aux dispositions de la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale

Dans son nouveau livre, "Islam et Occident Plaidoyer pour le vivre-ensemble", paru le 09 mai 2018, aux Editions Jouvence, le Cheikh Khaled Bentounes, leader spirituel et initiateur de la Journée Internationale du Vivre Ensemble en Paix, lance un plaidoyer pour le vivre-ensemble.


Ecrit en collaboration avec Bruno Solt, publié aux Editions Jouvence, l'ouvrage du Cheikh Bentounes déconstruit certaines idées reçues à propos de l'Islam et offre un éclairage pour vivre ensemble en paix dans la société en s'appuyant sur les valeurs humaines.

La paix, devenue sous la plume du Cheikh Khaled Bentounes réalité incontournable, doit être un moyen de transformer nos consciences pour humaniser et harmoniser le monde.