Ont collaboré à ce numéro

 Black Movie Festival
 Boubacar Boris Diop
 Bouya Ndoye
 Bureau Tariq R
 Daniel Favre
 Dr Bakary SAMBE
 M. David GROSSMAN
 M. Pierre KARAMERA
 M. Vincent Sager
 Min Aminata Touré
 Mme Winnie COVO
 Noé 21
 OIF
 Opus One Genève
 Sénégal,Suisse,OIF

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

VINCENT SAGER DIRECTEUR D’OPUS ONE: «Notre moteur c’est l’enthousiasme !»

Publié le, 15 janvier 2013 par Sylvain CLAVEL, Christian DAVID

 Par SYLVAIN CLAVEL, CHRISTIAN DAVID – UN-SPECIAL- ONU- 

A la sortie de Nyon, sur la route de Saint-Cergues conduisant vers les cimes, nous avons rendez-vous au siège d’Opus One. Dix-sept fourmis s’activent, l’oreille rivée au téléphone ou nez sur leur ordinateur en un concentré de compétences diverses. Où la réactivité et l’enthousiasme sont les maîtres mots.

 Vous êtes le directeur d’OPUS ONE depuis 2004, un des plus grands organisateurs de spectacles en Suisse, comment peut-on concilier la rigueur et le côté artistique ?

 

Nous avons trois activités : producteurs organisateurs de spectacles, nous sommes agents pour des artistes ou des entités qui font appel à nous. La troisième activité touche à l’événementiel et à la prestation de service pour un évènement « sur mesure » à monter. Notre métier ne s’apprend pas sur les bancs de l’école, il s’agit d’un cocktail composé de beaucoup de passion à laquelle on ajoute de l’enthousiasme et de l’organisation. Il est indispensable aussi de ne pas être fâché avec les chiffres. L’équilibre doit se réaliser entre les coups de coeur artistiques, les opportunités plus commerciales. L’expérience entre aussi dans l’équation pour la mise en place des spectacles futurs. Il faut, à chaque instant, tracer un trait d’union entre les artistes et tout le public. Faire le grand écart en produisant du catch américain à l’Aréna ou un concert de Lang Lang au Victoria Hall n’est pas absurde, si l’exigence de qualité prédomine et à la fin contente les spectateurs. Lorsque nous produisons une vedette internationale comme Shakira ou Beyoncé, nous savons que c’est évident. Le travail devient plus subtil lorsque nous amenons des spectacles moins connus car il faut alors convaincre en amont le public et les médias.

 


 

Nous assumons aussi le risque financier inhérent au projet. L’aspect nomade est caractéristique pour les spectacles que nous pouvons présenter tour à tour dans un théâtre, un stade, l’Aréna ou autre. Bien souvent, la nature du spectacle détermine le lieu. Nous relayons aussi fréquemment les artistes après que des producteurs ou agents étrangers nous aient contactés pour présenter leur artiste en Suisse. Il importe alors de déterminer quels sont les bons choix, les bons lieux. Un artiste en devenir ne doit pas être exposé, il doit être présenté au public par étapes. Cela permet à certains artistes de s’affirmer et de grandir sereinement. Nous intervenons ainsi en accompagnant certains artistes dans des salles adaptées de manière à les faire venir ou revenir à Genève. Grandes salles pour un artiste confirmé, ou petites salles pour des artistes émergents, il faut aussi proposer des salles intermédiaires pour étendre l’éventail. Par exemple, dans le cadre de notre partenariat avec la salle de Thonex qui compte 1600 places, nous développons plusieurs projets avec des artistes pop, rock, hip hop, etc.