Ont collaboré à ce numéro

 Alioune Ndiaye
 Dr Khadim NDIAYE
 FFF
 Mme Félicité Lyamuku
 Mme Michaëlle JEAN,
 OHCHR
 Orchestre ONU
 Sanofi Pasteur
 UBA
 UNIS

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Par Alioune Ndiaye*- CANADA.

Le sort semble s’acharner sur les premières années de Buhari au pouvoir. Lors de sa première présidence, le Nigeria faisait face à une chute des prix du pétrole entrainant avec elle le naira, ainsi qu’une situation insurrectionnelle dans le Nord du pays. Pour sa deuxième présidence, la situation n’est guère différente, peut-être même a-t-elle empiré sous le fait d’un héritage économique difficile, d’une population plus exigeante, notamment sa jeune frange. A cela on pourrait ajouter le poids de l’âge dont le président Buhari lui-même a fait référence à maintes reprises, ainsi qu’un jeu politique plus démocratisé qui pose plus de contraintes dans son action de redresser le géant ouest-africain.