Ont collaboré à ce numéro

 Amb. Abdou S DIALLO
 AUNG SAN SUU KYI
 BIT-Genève
 CHEIKH FAYE
 DR. Awa M. Coll SECK
 Festival été Québec
 Forum du Français
 HCDH,OIM,HCR,ONU,MAI
 Johnny Hallyday
 KOACI.COM
 M. Assane Diop
 Mission de France GE
 Paleo Festival

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

GUY RYDER ELU DIXIEME DIRECTEUR GENERAL DE L'ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL.

Publié le, 29 mai 2012 par El Hadji Gorgui Wade NDOYE

 

C'est un Britannique maîtrisant le français et l'espagnol qui dirigera dès octobre 2012 le Bureau International du Travail (BIT) dont le siège est à Genève. Le Conseil d’administration du BIT a élu hier, Guy Ryder qui a recueilli 30 des 56 votes des membres titulaires du Conseil d’administration de l’OIT. Le Directeur général de l'organisation onusienne pour le travail est élu à la suite d'un vote au scrutin secret, lors d’une séance privée qui s’est ouverte, de 10 heures du matin à 17 heures l'après midi, le lundi 28 mai 2012.

 

GENEVE – Après un long marathon de six rounds ayant vu l'élimination successive des trois candidats africains qui avaient pourtant toute leur chance, l'Afrique n'ayant jamais été portée à la tête du BIT, Guy Ryder, candidat présenté par les Travailleurs a été préféré à l'ancien ministre français Gilles De Robien, âgé de 71 ans soutenu par Nicolas Sarkozy de même que son successeur François Hollande.

 L'enfant de Liverpool a déclaré après son élection: «Je suis vraiment ravi: c’est une formidable occasion, alors que nous traversons une crise mondiale, d’avoir un impact positif sur la vie de millions de personnes, y compris celles qui n’ont jamais entendu parler de l’OIT, d’améliorer leurs conditions de vie». Le défi sera de doter l’OIT des moyens lui permettant d’accomplir son mandat pour la promotion de la justice sociale face à des mutations profondes et rapides. La pertinence de ce mandat est incontestable, lit-on dans sa Déclaration de candidature.

Donner la priorité aux jeunes

«La stabilité de nos sociétés, la pérennité du système mondial qui les unit toujours plus et, in fine, la paix dépendent de sa réalisation. La crise mondiale qui a éclaté en 2008 l’a cruellement rappelé. Elle a plongé des millions de personnes appartenant au monde du travail dans de graves difficultés, les forçant à rejoindre les rangs de ceux qui vivaient déjà sous le joug indigne de la pauvreté, du chômage et d’une insécurité croissante de l’emploi. L’OIT doit montrer la voie dans la lutte contre la crise mondiale de l’emploi, en donnant la priorité aux jeunes dont l’exclusion sociale constitue une bombe à retardement au potentiel destructeur énorme.», a soutenu lors de son audition Guy Ryder, né en 1956, et ayant servi pendant trente années le monde du travail notamment à l'échelon international.

Le candidat du Sénégal, Assane Diop, n'a pu accéder au troisième tour de l'élection. Le candidat béninois (Charles Dan) est allé au quatrième tour, et le Nigérien (Ibrahim Mayaki) a été éliminé dès le premier. L’Afrique est allée dans cette compétition sans unité réduisant ainsi ses chances alors que pour beaucoup l'Heure de l'Afrique était arrivée.

Les neuf candidatures suivantes avaient été reçues: Gilles De Robien (France), Angelino Garzón (Colombie), Ad Melkert (Pays Bas), M. Jomo Kwame Sundaram (Malaisie), Ibrahim Assane Mayaki (Niger), Assane Diop (Sénégal), Mona Sahlin (Suède), Guy Ryder (Grande Bretagne) et Charles Dan (Bénin).

Notons que le Conseil d’administration est composé de 56 membres titulaires (28 membres gouvernementaux, 14 membres employeurs et 14 membres travailleurs qui votent) ainsi que de 66 membres suppléants (28 membres gouvernementaux, 19 membres employeurs et 19 membres travailleurs). Dix des sièges gouvernementaux titulaires sont réservés en permanence aux États Membres ayant l’importance industrielle la plus considérable (Allemagne, Brésil, Chine, États-Unis, France, Inde, Italie, Japon, Royaume-Uni et Fédération de Russie). Les autres membres gouvernementaux sont élus tous les trois ans par la Conférence.

El Hadji Gorgui Wade NDOYE, Directeur des publications.